Fil d'actualités

Découverte

Comment j’ai intégré une école de mode en alternance

Damien Raymond est en MS Management de la mode en alternance, ce qui lui permet de travailler en parallèle pour la prestigieuse marque de prêt à porter Akris. Il nous raconte son expérience !

A quel moment avez-vous choisi l’alternance et pourquoi ?

Trois ans après le bac parce que l’entreprise prenait en compte le prix de la formation, ce qui est un vrai avantage ! J’ai trouvé mon employeur grâce à une personne de l’école qui est très active pour nous placer en entreprise. Nous étions cinq à postuler pour ce poste de conseiller de clientèle, et j’ai été choisi.

La formation en alternance est-elle plus difficile que la formation initiale sous statut étudiant ?

Pour ce qui me concerne, non. Il suffit d’être organisé pour trouver le temps de faire ses devoirs et de réaliser les travaux de groupe, c’est un rythme à prendre !

Concrètement, quels sont les avantages et les inconvénients ?

La charge de travail peut être un inconvénient, car vous ne pouvez pas vous concentrer uniquement sur vos cours. Il faut s’organiser correctement pour ne pas être submergé. Mais je trouve que l’alternance est vraiment la meilleure chose qui me  soit arrivé… Si tout se passe bien avec les collègues et la hiérarchie, ils peuvent nous proposer un contrat à la fin des études. Et s’ils ne le font pas j’ai de l’expérience dans mon CV, et je pense que ça fait la différence !

Avez-vous des conseils pour les étudiants qui se lanceraient dans une telle formation ?

N’ayez surtout pas peur d’essayer et gardez toujours la motivation. Il faut prendre le temps d’y réfléchir, mais je conseille grandement de choisir une formation en alternance, vous ne le regretterez pas, bien au contraire. Il n’y a rien de plus enrichissant que de travailler durant ses études, d’une part pour l’expérience professionnelle que vous allez acquérir, de l’autre pour le salaire que vous toucherez.

Quels sont vos projets d’avenir ?

Je pense faire un stage à l’étranger de plusieurs mois pour améliorer mon niveau d’anglais, car c’est primordial dans notre milieu. Après j’espère encore travailler dans l’entreprise où je suis actuellement, l’avenir nous le dira !

 

Publié par Carole de Fussy
Le 11 mai 2015