Fil d'actualités

Vie des écoles

Comment intégrer une grande école d’art ?

Les étudiants de prépa de l’Ecole Conte ont, comme chaque année, passé de nombreux concours afin d’intégrer les meilleures écoles publiques d’art ou d’architecture. Certains résultats ont déjà été annoncés, et nos étudiants ont obtenu de très bon résultats !

Nous avons recueilli les témoignages de trois d’entre eux. Olivier Bouvet, Angela Correia Almeida et Laëtitia Richard nous racontent comment ils sont parvenus à concrétiser leurs ambitions artistiques.

 

Pourquoi avoir choisi l’Ecole Conte pour préparer votre candidature aux grandes écoles d’art ?

Olivier : J’aime personnellement étudier dans de petites structures, pour leur côté plus familial. L’École Conte ne proposant que deux classes de prépa, je fus plus tenté que par une école plus connue mais regroupant plus de monde.

Angela : J’ai choisi l’Ecole Conte après avoir fait les portes ouvertes et rencontré les professeurs et élèves. L’établissement, le quartier, la formation et l’ambiance m’ont plus. Le plus de cette école est son petit effectif qui permet à chaque élève d’être suivi individuellement par chaque professeur.

Laëtitia : Je voulais me réorienter et j’ai choisi l’Ecole Conte parce que c’était une petite école, à taille humaine.


Quel a été votre parcours scolaire avant d’intégrer la prépa ?

Olivier : Je sortais d’un baccalauréat scientifique sans option. Je me destinais au départ à des études d’ingénieur, c’est en fin d’année de terminale que j’ai changé de vocation.

Angela : De mon côté, j’ai passé un Bac S option audiovisuel.

Laëtitia : Avant d’intégrer la prépa, j’ai passé un bac arts appliqués et un an de BTS design d’espace dans lequel je ne m’épanouissais pas…


Que retenez-vous de cette année d’atelier préparatoire ?

Olivier : J’ai beaucoup appris, et j’ai beaucoup évolué. Cette année m’a vraiment permis de développer un sens de l’art que je n’avais pas jusqu’à présent.

Angela : J’ai compris que tout ce qui nous entoure peut nous inspirer, que ce soit des constructions, des matières, des couleurs…. Tout est source d’inspiration. Il faut donc être imaginatif et surtout curieux.

Laëtitia : Ce que je retiens de cette année ? Qu’il faut prendre confiance en soi.


Quels concours cette formation vous a-t-elle permis de présenter ?

Olivier : J’ai pu présenter les Arts Déco de Paris, l’ENSCI, l’ESAD de Reims, et l’ESAD de Saint-Étienne.

Angela : J’ai passé des concours pour les écoles d’art et design : Orléans, Limoges, Saint-Etienne, Reims et les Arts Décoratifs de Paris.

Laëtitia : Cette formation m’a permis de présenter les concours des écoles d’art pour la section graphisme.


Dans quel établissement avez-vous été admis, et lequel avez-vous choisi pour l’an prochain ?

Olivier : J’ai été admis à l’ESAD de Reims et pré-admissible à l’ESAD de Saint-Étienne. Ayant obtenu Reims je n’ai pas poursuivi le concours de Saint-Étienne. Je vais donc à Reims l’année prochaine.

Angela : J’ai été admise à l’ESAD de Limoges et d’Orléans. J’ai choisi Orléans.

Laëtitia : J’ai été admise à l’ESAM de Caen et l’EPSAA. C’est cette dernière que j’ai choisie.


Pensez-vous que vous auriez pu réussir ce concours sans une année de préparation ?

Olivier : Absolument pas. En sortant d’un bac S, je n’avais aucun bagage artistique. Si j’avais fait une option arts plastiques ou histoire de l’art, j’aurais sans doute tenté ma chance, mais n’ayant rien fait de cela, je suis persuadé de mon échec si j’avais tenté les concours en sortant du bac.

Angela : Non car en terminal S je n’avais pas le temps de me créer un dossier artistique, et je n’avais jamais présenté mes travaux. De plus, je ne savais pas encore ce que je voulais faire exactement.

Laëtitia : Non je ne crois pas, je ne savais pas ce que représentait un dossier personnel.


Olivier, je sais que vous voulez faire du design d’objet, Angela et Laëtita, plutôt du design graphique, d’où vous sont venues ces envies ?

Olivier : J’ai été vraiment tenté par l’objet parce que c’est une discipline avec beaucoup de défis à relever de nos jours, que ce soit au niveau écologique, social ou culturel. De plus c’est un domaine qui est amené à faire appel à d’autres formes d’art telles que l’architecture/design espace, le design textile, le graphisme, etc. Le design d’objet est aussi très lié aux domaines technologiques et scientifiques, une manière pour moi de renouer avec mon esprit scientifique.

Angela : J’ai toujours eu de nombreux loisirs dans le domaine artistique. Au fur et à mesure des années, je me suis rendu compte que la création m’était indispensable. De ce fait, passionnée par l’art et l’architecture, j’ai recherché un juste milieu pour mes études : le design.

Laëtitia : Je ne saurais dire d’où m’est venue l’envie de faire du design graphique. J’ai toujours été attirée par le fait de communiquer par le visuel, de chercher, de créer.


Quels sont vos projets pour l’avenir ?

Olivier : J’envisage pour l’instant d’avoir un DNAP (Diplôme national d’arts plastiques) puis sans doute un DNSEP (Diplôme national d’expression plastique), pas forcément dans la même école ; j’aimerais retourner sur Paris après le DNAP. Pour la suite, je ne suis pas encore sûr, pourquoi pas me lancer en indépendant !

Angela : Je souhaite porter différentes casquettes. Je ne veux pas me contenter du design d’objet, je souhaite aussi faire du design d’espace… C’est aussi pour cela que j’ai choisi l’ESAD Orléans.

Laëtitia : Je souhaite devenir designer graphique et également participer à des projets dans l’image animée.

Publié par Carole de Fussy
Le 13 juin 2016